INFTER Laboratoires de recherche Partenaires

Vers un observatoire des territoires transfrontaliers

L’axe Information territoriale locale participe à l’étude de faisabilité d’un observatoire des territoires transfrontaliers.

[:fr][frame src=”http://cist.cnrs.fr/wp-content/uploads/2013/08/DATAR-2011.jpg” width=”62 px” lightbox=”on” title=”logo de la DATAR” align=”right” ]

[frame src=”http://cist.cnrs.fr/wp-content/uploads/2013/08/logo-riate.jpg” width=”62 px” lightbox=”on” title=”logo de RIATE” align=”right” ]

Impliqué dans deux précédentes études sur le transfrontalier, le RIATE s’est proposé pour mener une étude de faisabilité d’un dispositif d’observation pérenne des territoires transfrontaliers, pour le compte de ses trois tutelles, en particulier pour l’Observatoire des territoires de la DATAR. L’axe Information territoriale locale du CIST, via ses coordinatrices Marianne Guérois et Malika Madelin et un vacataire, Romain Louvet, contribue à cette étude qui se déroule jusqu’à fin décembre 2013.

Cette étude questionne principalement l’articulation des dimensions temporelles (observations répétées), spatiales (découpages pertinents à l’échelon local) et thématiques (information disponible sur des sujets variés, en particulier sur l’emploi). Couvrant si possible tout le pourtour de la France, elle se contiendra plus probablement à des terrains à géométrie variable selon les expériences menées.
L’interdépendance des trois dimensions temporelles-spatiales-thématiques impose d’étudier les conditions de mise au point d’une base de données à la fois évolutive et adaptative, permettant de rendre intéropérables des informations hétérogènes.

L’axe Information territoriale locale du CIST s’impliquera plus spécifiquement dans cette phase de réflexion sur l’harmonisation des données collectées au sein de mailles pertinentes d’observation – équivalents des zones d’emploi de l’INSEE -, ainsi que dans la phase préalable plus généraliste d’identification des problèmes liés à l’étude des espaces transfrontaliers.

Vous pourrez retrouver le rapport final sur le site du CIST, début 2014.

Contacts

[list type=”arrow3″]

[/list][:en][frame src=”http://cist.cnrs.fr/wp-content/uploads/2013/08/DATAR-2011.jpg” width=”62 px” lightbox=”on” title=”logo de la DATAR” align=”right” ]

[frame src=”http://cist.cnrs.fr/wp-content/uploads/2013/08/logo-riate.jpg” width=”62 px” lightbox=”on” title=”logo de RIATE” align=”right” ]

Impliqué dans deux précédentes études sur le transfrontalier, le RIATE s’est proposé pour mener une étude de faisabilité d’un dispositif d’observation pérenne des territoires transfrontaliers, pour le compte de ses trois tutelles, en particulier pour l’Observatoire des territoires de la DATAR. L’axe Information territoriale locale du CIST, via ses coordinatrices Marianne Guérois et Malika Madelin et un vacataire, Romain Louvet, contribue à cette étude qui se déroule jusqu’à fin décembre 2013.

Cette étude questionne principalement l’articulation des dimensions temporelles (observations répétées), spatiales (découpages pertinents à l’échelon local) et thématiques (information disponible sur des sujets variés, en particulier sur l’emploi). Couvrant si possible tout le pourtour de la France, elle se contiendra plus probablement à des terrains à géométrie variable selon les expériences menées.
L’interdépendance des trois dimensions temporelles-spatiales-thématiques impose d’étudier les conditions de mise au point d’une base de données à la fois évolutive et adaptative, permettant de rendre intéropérables des informations hétérogènes.

L’axe Information territoriale locale du CIST s’impliquera plus spécifiquement dans cette phase de réflexion sur l’harmonisation des données collectées au sein de mailles pertinentes d’observation – équivalents des zones d’emploi de l’INSEE -, ainsi que dans la phase préalable plus généraliste d’identification des problèmes liés à l’étude des espaces transfrontaliers.

Vous pourrez retrouver le rapport final sur le site du CIST, début 2014.

Contacts

[list type=”arrow3″]

[/list][:]

fr_FR